Ž Peuples oubliĂ©s » Les Mayas au Chiapas

Les Mayas au Chiapas

MEMOIRE DES PEUPLES : Communautés Indiennes au Chiapas

Préserver la mémoire du peuple Maya
pour plus d’information, tĂ©lĂ©chargez la fiche explicative : mayas_lettre-dinformation-sur-le-dispensaire-musee-au-chiapas.pdf
Sergio : le don de soi

Sergio Castro 40 années que ce mexicain, ingénieur agronome, originaire de l’état de Chihuahua au Nord du Mexique, se bat et reste solidaire du peuple Maya. Il y a maintenant plus de 40 ans que Sergio Castro est venu pour la première fois au Chiapas. Lors de ce voyage, il découvre les conditions de vie très précaire des indiens Mayas. Révolté à cette vision, il décide alors de sortir du circuit traditionnel, que tous ses compagnons d’études suivront, et de consacrer sa vie au développement de toutes les communautés indiennes de la région de San Cristobal de las Casas. Voir reportage sur Sergio : http://miguelito.smugmug.com/gallery/4015565_Tnu2r#249136493

 

Un cadeau inestimable…

Les mayas au mexique Au fil des années, les indiens ont témoigné leur confiance en offrant à Sergio Castro des costumes traditionnels, des masques, des bijoux, des statuettes et des céramiques. Ces dons sont d’une valeur inestimable puisque par tradition l’ensemble de ces communautés enterrent leurs morts avec leurs habits et leurs effets personnels.

 

Le musée de la mémoire

musee mémoire Sergio Castro a choisi de faire connaitre la diversité culturelle de ces différentes communautés en présentant au public une partie de la collection. Le musée est situé à San Cristobal de las Casas proche des différents petits villages. L’objectif principal du musée est de faire connaître au grand public (principalement des touristes étrangers) la diversité de la culture Maya. Le musée permet aussi de recueillir des fonds pour financer des actions sur un plan sanitaire (acheminement de l’eau potable) et éducatif (construction d’écoles).

Des conditions précaires…

photo65_4-1-les-mayas-au-mexique.jpgLes collections ont toujours été abritées dans des locaux en location et faute de moyens financiers, l’ensemble des collections n’ont pu être exposé. La montée galopante du prix des loyers oblige Sergio Castro à être en permanence à la recherche de locaux à moindre coût.
La plus part des costumes sont fabriquées à base de fibre végétale ou de laine et sont donc d’une grande fragilité. Faute de moyens financiers, ils sont exposés sans aucune protection (lumière, air, mites…) et restent à la merci des visiteurs mal intentionnés.


Les moyens modestes du musée ne permettent pas pour le moment d’embaucher du personnel. Les visites sont donc assurées par Sergio Castro. Ces visites comprennent la projection de diapositives sur la vie des communautés indiennes commentées par lui-même puis une visite guidée des lieux. L’entrée est libre et les visiteurs sont invités à soutenir les actions de Sergio Castro par le versement de dons.

Préserver l’indispensable…

En collaboration avec la fondation Héritance (www.heritance.org) spécialisée dans la valorisation des petits musées dans le monde, nous souhaitons mettre en place les structures nécessaires à la préservation et à la présentation de l’ensemble de la collection.

Pourquoi, c’est important de préserver le musée de Sergio Castro ?

Dans un élan de modernité et de mondialisation, les différences et la diversité tend à s’estomper. Les petits villages de l’Altos del Chiapas n’échappent malheureusement pas à cette réalité. C’est donc un devoir de mémoire de conserver le patrimoine de ces communautés indiennes.
De plus, sauvegarder ce musée au sein de l’ensemble des communautés est fondamentale et légitime parce qu’il s’agit de leur patrimoine.

Pour mettre à l’abri la collection unique de Sergio Castro et ainsi préserver la mémoire des peuples indiens de l’Altos del Chiapa

Notre Action : financement des structures (vitrines, caisses…) pour mettre à l’abri la collection de Sergio Castro et financement d’outils de communication (catalogues, casques…) pour valoriser la collection.

Télécharger le dossier technique – « fichier1_les-mayas-au-mexique.pdf »